Médicaments biosimilaires

En Belgique, les médicaments biosimilaires sont sur le marché depuis 15 ans. Ils sont un levier pour améliorer l'accès des patients aux médicaments biologiques coûteux. Pas moins de  20 médicaments biosimilaires différents sont disponibles chez nous aujourd'hui. Le prix des médicaments biosimilaires étant inférieur de 35,80 % à 47,18 % par rapport au prix d'origine du médicament de marque, l'accès aux traitements en oncologie, en diabète, en rhumatologie et en gastro-entérologie, entre autres, s’en trouve fortement amélioré.

Qu'est-ce un médicament biosimilaire

15 ans plus tard

Depuis l'introduction du premier biosimilaire en Belgique en 2006, les médicaments biosimilaires jouent indéniablement un rôle important dans l'accès aux soins pour les patients et dans les économies pour l'assurance maladie. Grâce à la présence de médicaments biosimilaires, l'INAMI peut dépenser 350 millions d'euros de moins par an.

Et pourtant, la Belgique reste à la traîne

Le processus de production des médicaments biosimilaires est complexe et donc coûteux. Après tout, les médicaments biologiques sont dérivés d'organismes vivants. Cela implique de gros investissements de la part des entreprises qui les mettent sur le marché. La commercialisation d'un médicament biosimilaire sur un marché spécifique doit donc être bien évaluée en termes de faisabilité et de succès.

C'est exactement là que le bât blesse en Belgique. Parfois, même des années après la mise à disposition du médicament biosimilaire, son volume de marché reste trop faible. Par rapport aux autres pays européens, la Belgique est très en retard dans l'utilisation des médicaments biosimilaires : les biosimilaires arrivent plus tard sur le marché, leur part de marché augmente plus lentement et leur part relative est beaucoup plus faible dans notre pays. Cela ralentit la concurrence sur le marché et, par conséquent, la disponibilité des médicaments biosimilaires pour le patient belge.

Biosimilars: lage marktpenetratie nieuwe biosimilars België vs Europa

Un potentiel non- ou sous-exploité

Au cours des dix prochaines années, plus de 30 médicaments biologiques en Europe ne seront plus protégés par un brevet. Medaxes a calculé que ces médicaments représentent un chiffre d'affaires d'environ 1 milliard d'euros en Belgique. Si nous ne travaillons pas à un meilleur climat pour les médicaments biosimilaires qui se profilent à l'horizon, nous risquons de rater le coche et simplement de ne pas les voir arriver chez nous. Les médicaments biosimilaires créent une situation gagnant-gagnant tant pour le patient que pour l'assurance maladie. Ils réduisent les dépenses pour l’assurance maladie et créent un espace budgétaire pour traiter davantage de patients ou de nouveaux groupes de patients. Il est donc crucial de prendre des mesures pour encourager davantage les médecins à prescrire des médicaments biosimilaires. Cela permettra aux fabricants de biosimilaires de poursuivre leurs investissements dans les médicaments biosimilaires, permettant ainsi de profiter de la valeur ajoutée créée par ces médicaments.

Ne pas louper le coche

C’est pourquoi Medaxes se concentre sur des initiatives visant à accélérer l’utilisation des médicaments biosimilaires en Belgique. Ces médicaments sont en effet tout aussi qualitatifs, sûrs et efficaces que l’original, et sont parfaitement interchangeables. La Belgique ne peut se permettre de rater une telle opportunité pour ses soins de santé.

* * *

En savoir plus sur l'utilisation des médicaments biosimilaires en Belgique?

->  Cliquez Facts & Figures Biosimilar medicines in Belgium

-> Revoir le webinar de la journée Biosimilar medicines day, du 23 avril 2021 (ci-dessous)

 

Vidéo: Biosimilar medicines day - 23 avril 2021

Vidéo concernant les médicaments biosimilaires

/sites/default/files/styles/banner/public/2018-03/derek-thomson-422320.jpg?h=d22146cd&itok=6hvLOmRp